2 mai 2018 – Berlin

« Linking Open data in French-German
Provenance and Art Market Research »

Le 2 mai 2018 s’est tenu à la Technische Universität (TU) de Berlin un workshop sur le thème des bases de données dédiées à la recherche de provenance.

S’y trouvaient présentes les équipes de l’INHA et de la TU, respectivement responsables à Paris et Berlin du projet franco-allemand de « Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation » (RAMA).

Le Deutsches Zentrum Kulturgutverluste (DZK), aussi connu sous le nom de German Lost Art Foundation, et partenaire officiel du projet RAMA, y était également convié. Ce fut l’occasion pour cette dernière institution de présenter deux de ses bases de données existantes et une autre actuellement envisagée.

> Lien vers le site internet du Deutsches Zentrum Kulturgutverluste.

Andrea Baresel-Brand – directrice du département « Lost Art and Documentation » du DZK et coordinatrice du projet de recherche de provenance « Gurlitt » – a ainsi pu présenter la base de données « Lost Art » de l’institution. Effectif depuis presque vingt ans déjà, cet outil numérique documente la situation d’objets culturels déplacés ou relocalisés dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale. Il est possible pour tout utilisateur d’y notifier de nouvelles informations à propos d’objets perdus ou trouvés, le principe fondamental de « Lost Art » étant d’offrir  la possibilité aux victimes et leurs héritiers – des familles notamment juives – de déclarer des pertes. Ainsi, la base de données répertorie tous types d’objets, pas seulement recensés à l’initiative de musées mais également pas uniquement issus de spoliations.

Dans l’onglet « databases » du  site internet du DZK, un second outil est mentionné : le « Modul Forschungsergebnisse ». Il s’agit d’un portail en ligne de restitution des résultats des recherches de provenance menées à l’occasion de divers projets. Il faut savoir qu’en Allemagne, depuis son siège à Magdebourg,  le DZK finance et coordonne différentes recherches institutionnelles concernant la provenance des œuvres d’art. Ainsi ces divers établissements, notamment des musées, sont amenés à documenter leurs travaux en fournissant une restitution de leurs résultats au DZK pour publication partielle sur ce module.
Toutefois, le portail est soumis à des restrictions d’accès aux données sur trois niveaux  :
– une partie des informations fournies par les institutions sont confidentielles car sensibles et donc cachées à la vue de l’utilisateur ;
– la connexion au portail nécessite de disposer d’identifiants dont la demande peut se justifier dans les cas de chercheurs intéressés ou de familles concernées ;
– seuls les travaux effectués depuis 2008 font l’objet de bilans. Or, d’autres projets de recherches ont été menés entre 2000 et 2008 dont les résultats ne sont aucunement diffusés.

Pour conclure sur ces deux présentations, Andrea Baresel-Brand rappelle les deux missions fondatrices du DZK :
– la diffusion de la recherche de provenance ;
– le financement de projets de recherche de provenance.
Dans ce contexte, les deux bases de données précédemment citées relèvent à la fois d’outils de restitution des données de la recherche, et à la fois d’outils de recherche en soi.

Enfin, l’actualité du DZK en matière de bases de données est marqué par un tout nouveau projet qui consisterait à proposer une structure globale pour la diffusion des informations des bases déjà existantes dans le domaine de la recherche de provenance. Dorothée Haffner – professeur à l’Hochschule für Technik und Wirtschaft – coordonne le développement de ce nouvel outil. Elle souligne un fait : « on fait face à une multiplicité de projets avec l’hétérogénéité des supports de restitution que cela suppose ». Selon elle, il faudrait pouvoir réutiliser les données existantes sur d’autres plateformes et les interconnecter entre elles.

Les différents enjeux de l’élaboration d’une telle structure ont été abordés. Toutefois, le projet n’en est qu’au stade de l’expression des besoins et ce workshop était avant tout l’occasion de se rendre compte des problématiques communes entre divers projets, tous motivés à faire avancer les travaux dans le domaine de la recherche de provenance.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search