Séminaire Patrimoine spolié : “La galerie Cassirer et l’exil entre Berlin, Amsterdam et Londres – Vente forcée ou sauvetage de l’œuvre « dégénérée » ?”

Dans une semaine, le jeudi 5 mars, rendez-vous à l’auditorium de la Galerie Colbert de 18h30 à 20h pour une nouvelle conférence de notre cycle, intitulée La galerie Cassirer et l’exil entre Berlin, Amsterdam et Londres – Vente forcée ou sauvetage de l’œuvre « dégénérée » ?. À cette occasion, nous accueillerons Walter et Christina Feilchenfeldt, respectivement marchand et historienne de l’art.

Vous trouverez ci-joint le lien permettant d’accéder au programme complet.

Pour visionner les interventions des précédents séminaires, cliquez ici.


La galerie Cassirer et l’exil entre Berlin, Amsterdam et Londres – Vente forcée ou sauvetage de l’œuvre « dégénérée » ?

La galerie Cassirer, fondée en 1898, était spécialisée dans les impressionnistes français et divers artistes avant-gardistes européens, ce qui lui conférait une position unique sur la scène artistique berlinoise. Après la mort de son fondateur, Paul Cassirer, en 1926, les deux associés restants, Walter Feilchenfeldt et Grete Ring, ainsi que le directeur de la succursale d’Amsterdam, Helmuth Lütjens, ont continué à gérer la galerie. En 1933, Walter Feilchenfeldt et Grete Ring quittent l’Allemagne nazie. Ring ouvre une nouvelle succursale à Londres, tandis que Feilchenfeldt se déplace constamment entre Berlin, Amsterdam, Zurich et Londres, croisant les chemins des collectionneurs, critiques et artistes à Paris et transférant les œuvres de ses clients (ventes ou prêts) afin de les sauvegarder et d’assurer la survie de leurs propriétaires en exil. Walter Feilchenfeldt junior et sa fille Christina, petite-fille du marchand d’art juif allemand et gestionnaire des archives familiales Cassirer, témoignent de l’histoire de cette grande galerie et discutent la problématique de la « Fluchtkunst » (biens des réfugiés) dans le contexte du débat autour des restitutions.

Intervenants : Christina Feilchenfeldt (historienne de l’art, Berlin) en dialogue avec Walter Feilchenfeldt (marchand d’art, auteur, expert, Zurich)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Camille Chapelle (27 février 2020). Séminaire Patrimoine spolié : “La galerie Cassirer et l’exil entre Berlin, Amsterdam et Londres – Vente forcée ou sauvetage de l’œuvre « dégénérée » ?” Le marché de l’art en France sous l’Occupation. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t9ua


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search