À propos

Le marché de l’art en France sous l’Occupation

Dans la continuité de la numérisation des catalogues de ventes pour la période de la Seconde Guerre mondiale en France, réalisée en 2013, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) a lancé un programme de recherche dont l’objectif principal est la conception d’un Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation (1940-1944).
Le projet de répertoire numérique est mené en partenariat avec la Technische Universität de Berlin. Le Deutsches Zentrum Kulturgutverluste de Magdebourg, le Centre allemand d’histoire de l’art de Paris et le Collège de France soutiennent également la recherche.

Enjeux :

Plus de soixante-dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, nos connaissances sur les circulations, les transferts, les trafics et les spoliations d’œuvres d’art générés par l’Occupation en France sont encore lacunaires, quoique en constante progression. Si de nombreuses enquêtes individuelles ont été menées ces dernières années, une identification exhaustive des différents acteurs du marché de l’art de cette époque, des opérations qu’ils ont effectuées, des œuvres qui sont passées entre leurs mains, s’avère indispensable, non seulement pour fournir un fondement stable à la documentation des œuvres et aux recherches concernant leur histoire et leur provenance, mais également pour permettre une meilleure appréhension des mécanismes de cet « écosystème ».

Sous l’Occupation allemande, le marché de l’art est extrêmement florissant, mobilisant de très nombreux acteurs, tant allemands que français. Cette “euphorie” est notamment le reflet d’un afflux de marchandises issues de confiscations et de spoliations de personnes considérées comme juives par les ordonnances allemandes, les lois de Vichy et le Commissariat général aux questions juives. L’exclusion – voire, dans de nombreux cas, la suppression – d’une partie des acteurs traditionnels de ce marché explique également que de nouveaux acteurs viennent bouleverser les circuits traditionnels.

Le Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation (RAMA) :

Le programme de recherche initié par l’Institut national d’histoire de l’art, la Technische Universität de Berlin et leurs partenaires vise donc à étudier et à répertorier sur tout le territoire hexagonal l’ensemble des acteurs (marchands d’art, galeristes, courtiers, brocanteurs, intermédiaires, transporteurs, photographes, commissaires-priseurs, historiens d’art, experts, personnel des musées, collectionneurs, amateurs, victimes, artistes, administrateurs provisoires…) qui se sont retrouvés au cœur des échanges artistiques et commerciaux entre la France et l’Allemagne. Il devrait ainsi permettre de documenter et de reconstituer, de la manière la plus rigoureuse possible, les parcours des hommes et des œuvres, ainsi que de mettre en évidence les circulations et les réseaux.

Ce répertoire prendra prioritairement la forme d’une base de données, en accès libre et gratuit à la fin de l’année 2019 sur le site Internet de l’Institut national d’histoire de l’art. Cette base proposera deux approches, l’une fournissant des données factuelles structurées, majoritairement issues de dépouillements dans les fonds d’archives, l’autre une mise en perspective critique confiée à un spécialiste de chaque acteur et appuyée sur un état de la bibliographie et des sources disponibles.

Afin de fédérer la communauté scientifique internationale intéressée par le sujet, de lui offrir un espace d’échange et de travail et de porter à sa connaissance l’actualité de la recherche, l’Institut national d’histoire de l’art a décidé d’accompagner son programme sur le marché de l’art en France sous l’Occupation (1940-1944) d’un carnet de recherche dédié.